Auteur : grenier_mi

Love & Beyond

BOURGEOIS Judithe (Communication UQAM) – Love&Beyond

Comment vous est venue votre idée?

En fait, je crois que se sont une multitude d’évènements qui ont introduit les sous-vêtements dans ma vie comme une sorte de délivrance. Par la suite, j’ai eu envie de partager mon amour pour la lingerie et ce qu’elle apporte aux femmes. J’ai commencé à faire un compte Instagram au nom de Love & Beyond pour partager ma vision et mes valeurs tout en sachant qu’un jour ce serait une entreprise.

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cette entrepreneure?

C’est très complexe de grandir dans un monde représenté par des standards corporels irréalistes. Mais dans la vingtaine, j’ai finalement passé l’étape de ma vie où j’étais en colère contre moi-même. En colère de ne pas être parfaite et je me suis acceptée comme je suis. Je crois que le processus d’apprendre à se connaître et s’aimer est très long et très différent pour chacun, mais dès que nous y parvenons, c’est la chose la plus réconfortante au monde. Alors me voici, en train de construire un bonheur unique signé LOVE & BEYOND LINGERIE.

Quelles formations avez-vous suivies?

J’ai fait un DEC en Commercialisation de la mode au Cégep Marie-Victorin et je finis mon BAC en Communication Marketing à l’UQAM. Sinon, je pourrais dire que mes expériences personnelles m’ont beaucoup appris sur le milieu de la mode.

Quel a été votre déclic?

C’est toujours stressant de partir quelque chose d’aussi gros sans ressource financière ni d’expertise en lancement d’entreprise. Donc, je tâtais le terrain sans trop savoir où me situer. Je ne savais pas encore si j’étais prête à me lancer.

De retour de voyage, j’ai compris la signification du mot VIVRE et LIBERTÉ. Il faut prendre des risques et ne pas avoir peur de la suite. C’est ainsi que j’ai décidé de foncer!

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

Mon entreprise est Love & Beyond Lingerie. Elle est déjà en phase de commercialisation depuis maintenant 10 mois. Nous sommes présentement en train de préparer la deuxième collection qui sortira en Avril 2018.

Pourquoi pensez-vous gagner?

J’ai beaucoup trop d’ambition pour pouvoir perdre. (haha) 

Sincèrement, j’ai eu la chance de tester mon marché pour la première collection, alors mes stratégies pour la prochaine année sont basées sur des données réelles que j’ai analysées au cours de la première année. Je crois que cela me donne une longueur d’avance.

C’est aussi un super beau projet que je fais grandir et le message véhiculé est beaucoup plus puissant que des profits en poche.

Quelle citation vous inspire en tant qu’entrepreneur? 

« Le moment le plus épeurant, c’est juste avant de commencer. Ta peur d’aujourd’hui sera ton bonheur de demain. Sois libre d’être toi! »

Quelques créations en photo 

Contacts : 

Site Internet : loveandbeyondlingerie.com

Instagram : @loveandbeyondlingerie/

Facebook : www.facebook.com/loveandbeyondL

Campagne de Socio-financement : https://fr.ulule.com/love-beyond-lingerie-2e-collection/

 

Oscar Mendoza

MENDOZA Oscar (ESG) -Oscar Mendoza
MENDOZA Oscar (ESG) – Oscar Mendoza

Comment vous est venue votre idée?

« Depuis très jeune le vêtement et le design de vêtement me passionnent. L’amour pour les arts visuels et le décor me poussaient vraiment à m’en aller vers les études en design de mode. Je rêve aussi de pouvoir fonder une maison de couture et de développer et offrir des produits exclusifs pour des gens qui aiment le rare, et le hors-de-l ’ordinaire ».

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cet entrepreneur?

« Je suis mexicain d’origine, établi à Montréal depuis 2002, citoyen du monde, j’ai vécu dans 6 pays différents, ma vision est internationale. »

Quelles formations avez-vous suivies?

« Je fais mon Baccalauréat en design de mode. J’ai aussi fait une formation en patron de mode au collège Lasalle. Ainsi que des cours de couture et de patron de manière privé au tout début de ma carrière. Et, un cours de moulage avec le designer montréalais Joseph Helmer. »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« Oscar Mendoza offre des collections du prêt-à-porter et des pièces uniques pour femme. On a fait des présentations au Québec au courant de 2017 (à Québec et à Montréal). On aimerait continuer à présenter les collections de manière saisonnières (2 fois par année) au Québec mais aussi à Toronto et à Vancouver. On a également été invité pour présenter aux États-Unis à New York et à Portland OR. Et on a été approché par un show-room de Paris pour présenter la collection à Paris et en ligne pour le marché Japonais pendant la semaine de mode de Tokyo. Et finalement on a été invité pour présenter à Vienne (en Autriche). »

Contacts : 

Site Internet : https://www.oscarmendoza.ca

Page Facebook : https://www.facebook.com/OscarMendozaCouture/

Instagram : @oscarmendozadesign

 

Sister’s Keeper

Comment vous est venue votre idée?

En fait, cela faisait un petit bout de temps que l’on mijotait l’idée de lancer une entreprise familiale. Malgré le fait que l’on avait plusieurs idées aucune ne semblait être la bonne. Suite à la perte soudaine d’un membre cher de notre famille, nous avons décidé de promouvoir la bonne alimentation tout en commémorant sa passion des desserts.

Quelle est l’histoire qui se cache derrière ces entrepreneures?

Nous sommes deux sœurs d’une famille de 4 enfants. Élevées par notre mère et notre tante, nous avons eu des exemples de femmes fortes et indépendantes. Nous poussant ainsi à redonner aux femmes du Québec à travers Sister’s Keeper.

Quelles formations avez-vous suivies?

Elisa a suivi une formation en démarrage d’entreprise au SAJE, formation que Francelyne entreprendra cet été.

Quel a été votre déclic?

Le déclic s’est fait lors de la perte d’un membre cher de notre famille, lorsque cela arrive tout est remis en perspective.

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

Nous offrons des desserts végétaliens dont le but premier est d’offrir une place aux personnes vulnérables sur le marché du travail. Plus précisément aux anciennes détenues. Nous en sommes au processus de pré-démarrage de notre entreprise, le concours Mon Entreprise nous offre donc une belle opportunité de concrétiser notre vision d’avenir.  Sister’s Keeper est une entreprise fait par les femmes pour les femmes.

 

 

On SEXplique ça

ARCOITE Isabelle et VEILLEUX Émilie - On SEXplique ça
ARCOITE Isabelle (Sexologie UQAM) et VEILLEUX Émilie (Sexologie UQAM) – On SEXplique ça

Comment vous est venue votre idée?

« On nous disait souvent pendant nos études qu’il était très difficile pour les sexologues de faire leur place dans les écoles. De plus, il nous était possible de constater que les jeunes passaient beaucoup de temps sur les médias numériques, notamment des plateformes comme les réseaux sociaux et YouTube. Ces plateformes malheureusement regorgent de désinformation. Par là nous entendons des expériences personnelles qui ne sont pas généralisables et qui peuvent occasionner encore plus de questionnement chez les jeunes. C’est pourquoi nous avons décidé de remédier à ces problématiques en produisant nous-mêmes des capsules vidéos sexo-éducatives sur les médias sociaux pouvant être utilisées dans les écoles. »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière ces entrepreneures?

« L’entrepreneure a découlé de la sexologue passionnée. En fait, nous avions à la base l’idée bien simple de mettre à jour ce projet de capsules vidéos et de s’en tenir à cela, mais rapidement, le projet a pris de l’ampleur à notre grande surprise. C’est donc très progressivement que nous avons fait le saut vers l’entrepreneuriat en devenant une entreprise en économie sociale sous la forme d’un OBNL. Nous avons aussi ouvert nos horizons vers de plus amples projets avec l’espoir de fonder une entreprise solide et longitudinale. »

Quelles formations avez-vous suivies?

« Nous avons toutes les deux fait nos études en sexologie. Émilie termine son BAC cette année et poursuivra à la maîtrise clinique en sexologie dès l’an prochain. Isabelle a terminé son BAC en 2017 et poursuit actuellement une maîtrise en recherche-intervention. Nous avons tout de même d’autres formations pertinentes à l’entrepreneuriat, comme des compétences en communication, en comptabilité, en gestion et en administration. »

Quel a été votre déclic?

« Nous nous sommes connues lors d’un travail d’équipe universitaire lors de notre première session.  On sait à quel point les travaux d’équipe peuvent être éprouvants, nous avons trouvé en l’autre la même rigueur, le même dévouement et la même passion pour la sexologie. Ce n’est que l’année suivante que nous avons repris contact lors d’une soirée de réseautage, alors que nous avions toutes les deux un projet d’éducation sexuelle qui émergeait dans notre esprit. Quelques mois plus tard, On SEXplique ça prenait forme, il y a de cela plus de deux ans. »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« On SEXplique ça est une entreprise en économie sociale sous la forme d’un OBNL. Nous avons produit, réalisé et publié plus de 60 capsules web sexo-éducatives. Nous offrons des services de formations, de conférences et de conception d’ateliers pédagogiques personnalisés. Également, nous proposons des produits uniques destinés aux écoles et à l’apprentissage. Notre chaîne YouTube compte plus de 1000 abonnés et plus de 5000 heures de visionnement à l’heure actuelle. Comme nos capsules web sont gratuites, nous en sommes à mettre en marché nos services d’intervention monnayables. »

Contacts : 

Page Facebook : On SEXplique ça

Instagram : On SEXplique ça

Twitter : On SEXplique ça

Youtube : On SEXplique ça

 

Domus Technologies

Luc Paul Labonté - Domus
Luc Paul Labonté (Informatique UQAM) – Domus

Comment vous est venue votre idée?

« Voulant faire de la domotique depuis déjà des années, afin de vouloir me faciliter la vie et voyant l’opportunité, j’ai décidé de démarrer une entreprise. »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cet entrepreneur?

« Étant initié à la programmation à l’âge de 15 ans, j’ai tout de suite su ce que je voulais faire dans la vie. Depuis, je cherche constamment à élargir et à approfondir mes connaissances en informatique, électronique et en technologie. »

Quelles formations avez-vous suivies?

« J’ai complété un Bac en informatique et génie logiciel, cheminement coopératif, à l’UQÀM. J’ai gradué en 2014. »

Quel a été votre déclic?

« Je songe à démarrer une entreprise depuis déjà bien des années et que j’avais commencé à faire le brainstorming de mes idées. Mais c’est au début de l’été 2017, lorsque j’ai perdu mon emploi, que je me suis rappelé que le Centre d’Entrepreneuriat de l’ESG UQAM offrait des formations et du soutien pour démarrer une entreprise. Étant éligible pour l’inscription, grâce à mon bac obtenu à l’UQÀM, j’ai donc déposé mon projet. »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« C’est une entreprise qui conçoit et fabrique des dispositifs de domotique et bien plus encore. L’entreprise est en phase de démarrage, et je compte bien commencer à concevoir les prototypes au mois d’Avril. »

 

 

Ottomata

Ottamata – LALIBERTÉ Hugo (Communication UQAM), JEANSON Jonathan (Communication UQAM)

Comment vous est venue votre idée?

« Il ne s’agit pas d’une idée unique, il s’agit d’une façon de voir les choses. Nous avons toujours eu un besoin d’expérimenter par nous-même et de créer des projets qui nous épatent et nous émeuvent. Ottomata est donc une façon de vivre notre passion et de transmettre cette vision à nos pairs ainsi qu’à tous ceux qui auront l’occasion d’expérimenter nos projets. »

Quelles formations avez-vous suivies?

Nous avons tous les deux une technique en génie électrique de deux Cégep différents, ce qui est un peu comique.

Et nous avons, par la suite, fait le Baccalauréat en Communication profil Médias Interactifs que nous avons terminé en 2016.

Quel a été votre déclic?

« Au cours de nos vies pré-universitaires, nous avons tous les deux travaillé pour de grosses entreprises dans des rôles importants. Nous sommes des passionnés et le fait de nous donner corps et âme pour des projets qui ne nous appartenaient pas au final nous laissait perplexe. Nous savions donc d’ores et déjà que nous allions continuer notre parcours professionnel en tant que travailleurs autonomes. Et par la suite en lançant notre propre projet. »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« Nous collaborions ensemble depuis 2013-2014 et nous avons travaillé sur de grosses productions ensemble en 2016 et 2017. Le lancement de l’entreprise était donc une chose naturelle pour nous ainsi qu’un objectif que nous avons réalisé en Août 2017. Les contrats vont bon train ainsi que les projets d’auto-productions. Nous avons déjà présenté des projets à Montréal, mais aussi au Japon, aux États-Unis, à Dubaï et bientôt au Mexique. »

 

Site : http://ottomata.com/
Facebook : https://www.facebook.com/ottomatastudio/

Capt Telecom

LOWE Steve - Capt Télécom
LOWE Steve (ESG)- Capt Télécom

Comment vous est venue votre idée?

« Suite à mes différentes expériences d’achat et de vente de téléphones intelligents sur des places de marché comme Kijiji, Facebook Marketplace. j’ai pu constater que l’un des problèmes majeurs que l’on y trouvait tournait autour de la confiance.

En effet, l’acheteur se demande s’il peut faire confiance au vendeur quant à l’état du téléphone. Alors que pour le vendeur, le problème est inverse. Il souhaite susciter la confiance de l’acheteur pour le rassurer. Il veut lui faire comprendre qu’il est entrain de réaliser la meilleure affaire.

J’ai donc pensé qu’il serait intéressant qu’un intermédiaire neutre puisse garantir l’état du smartphone de manière à instaurer la confiance entre acheteurs et vendeurs. Un peu comme le modèle de ce qui se fait par exemple sur le marché de l’automobile d’occasion avec des entreprises comme Carproof ou Carfax. C’est la raison d’être de Capt Telecom. »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cet entrepreneur ?

«Le désir d’être un acteur de changement dans la communauté, d‘avoir un impact positif, de s’inscrire dans la lignée des entrepreneurs qui axent leurs actions autour de trois piliers. Les 3 P : les profits certes, mais en tenant compte des personnes et de la planète.»

Quelles formations avez-vous suivies?

« Je suis diplômé de l’UQAM, où j’ai obtenu un DESS en comptabilité de management en 2013, puis un Executive MBA en double diplomation avec Paris Dauphine, en 2014.

Je possède également un titre comptable CPA, CMA. »

Quel a été votre déclic?

« C’est le lancement du concours Mon Entreprise organisé par le Centre d’Entrepreneuriat ESG UQAM, qui m’a poussé à formaliser mes idées et préparer une première mouture du projet.  Ce dernier a été retenu pour faire partie des finalistes du concours. »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« Capt Telecom est le premier site d’annonces en ligne au Canada exclusivement dédié à la vente et l’achat des smartphones entre particuliers. Contrairement à la concurrence, tous les téléphones annoncés sur notre plateforme sont au préalable testés de manière à certifier leur état. De plus, les vendeurs peuvent utiliser cette certification sur d’autres plateformes comme Kijiji ou Facebook Marketplace pour se différencier. Mais également rassurer les acheteurs et donc vendre plus rapidement et à meilleur prix.

Nous sommes à la phase de l’étude de marché, et justement il serait intéressant pour nous de recevoir votre feedback sur ce projet. Un sondage sera bientôt disponible sur notre page Facebook. »

Pourquoi pensez-vous pouvoir gagner?

Capt Telecom propose une solution innovante et efficace à un problème réel. Nous apportons une véritable valeur ajoutée sur le marché de la vente des smartphones entre particuliers.

Quel est votre citation comme entrepreneur?

«Je n’ai pas échoué. J’ai juste utilisé 10.000 méthodes qui n’ont pas marché.» ~ Thomas Edison

Contacts : 

Site Internet : http://capitainetelecom.ca

Page Facebook : Captelecom

Buddies 4 Adventure

THIFFAULT Stéphanie (Communication) - Buddies 4 ADVENTURE

THIFFAULT Stéphanie (Communication UQAM) – Buddies 4 ADVENTURE

Comment vous est venue votre idée?

« Mon idée Buddies 4 ADVENTURE, m’est venue lorsque mes amis et moi avions des disponibilités tellement disparates, que nous avions de la difficulté à nous organiser des sorties en plein air. Quand personne ne pouvait, les sorties s’annulaient. Aussi, je n’ai jamais vraiment trouvé de communauté de plein air jeune, dynamique et ayant un regard neuf sur la façon d’organiser des sorties et rencontrer d’autres passionnés du même groupe d’âge. »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cette entrepreneure?

« Je m’appelle Stéphanie, j’ai 22 ans et je suis passionnée de plein air, de voyages et d’aventure. Ainsi que de tout ce qui touche aux médias et au marketing! J’aime prendre des risques, sortir de ma zone de confort, sortir des sentiers battus et mener de beaux projets à terme afin de réaliser que tout peut être possible! »

Quelles formations avez-vous suivies?

« J’ai un DEC en communication et cinéma. Je suis également tout juste diplômé du BAC en communication, profil stratégies de productions média avec spécialisation en marketing. De plus, j’ai des formations avancées en premiers soins, en recherche et sauvetage puisque pendant la saison estivale, j’occupe le poste de patron d’embarcation d’une équipe de recherche et sauvetage au sein de la Garde-côtière canadienne. »

Quel a été votre déclic?

BUDDIES 4 ADVENTURE c’est une plateforme interactive web, destinée aux jeunes adultes, qui rassemblera une communauté de passionnés de plein air. Elle permettra de trouver un partenaire de plein air à proximité, disponible au même moment pour pratiquer une activité de plein air. Buddies 4 ADVENTURE, ce sera aussi la possibilité de s’initier et participer à une foule d’activités telles que l’escalade, le ski hors-piste, la randonnée, le kitesurf, le kayak de rivière, le surf et bien plus encore à petit prix! Sans oublier la web-série unique tout comme la possibilité d’obtenir des prix compétitifs sur la location d’équipement!

Pourquoi pensez-vous pouvoir gagner?

Tout simplement parce que je crois en mon projet et que celui-ci vise à donner davantage à la société en démocratisant le plein air et le rendant plus accessible pour tous. J’aimerais voir un monde plus actif et en santé qui prend plaisir à retourner jouer dehors en gang!

Quel est votre citation comme entrepreneure?

« Le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer maintenant ».

 

 

Perce Neige

SANCHEZ Luis Hernando, GONZALES Carlos, LAFOND Romain et CHAVEZ GOMEZ Pablo de Jesus - Perce Neige
SANCHEZ Luis Hernando (ESG) , GONZALES Carlos (ESG), LAFOND Romain (ESG) et CHAVEZ GOMEZ Pablo de Jesus – Perce Neige

Comment vous est venue votre idée?

« Au lendemain d’une tempête, pendant que je buvais mon café, je voyais les gens nettoyer leur escalier avant d’aller au travail. Quelques jours plus tard, même constat, et j’entendais les gens jurer (« ost.. de neige de t… »). Je trouvais ça curieux d’autant qu’il existe un paradoxe chez le québécois, il dit aimer déneiger….

L’idée d’origine est partie du constat que personne n’aime déneiger car il s’agit d’un travail physique, pénible et récurrent et que ce temps passé à déneiger pourrait être employé à d’autres choses (loisirs, famille, dormir etc.). Pour autant et pour beaucoup, déneiger demeure une tâche nécessaire et indispensable principalement pour des raisons de sécurité (pour soi, sa famille, ses voisins, ses clients, etc…).

La neige étant si liée à l’histoire du Québec, on se posait la question suivante : pourquoi n’existe-t-il pas en 2018 des outils ou des appareils abordables pour améliorer la vie des particuliers en évitant de déneiger les endroits de passage?

L’idée de la marche nous est apparue comme une opportunité d’affaire car nombreux sont les foyers Montréalais possédant des escaliers et devant déneiger à chaque tombée de neige (en plus de l’auto) : À quoi bon pelleter la neige 10 ou 15 fois ou répandre des kilos de déglaçant pendant tout l’hiver à -20°C degrés alors qu’une solution moins laborieuse et plus écologique pourrait être mise en place ? »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière ces entrepreneurs?

« Dans notre équipe, nous venons tous d’un pays dans lequel la neige n’est pas aussi intense. Être confronté à autant de neige nous interpelle et je pense que nous n’avons pas hérité de cette habitude de pelleter et de déneiger.

En cours de faisabilité à la maîtrise de gestion de projet, nous devions trouver une idée de projet et nous avons décidé de nous lancer sur cette problématique. Ça nous a donné le goût de réfléchir et ouvert la porte vers le monde de l’entrepreneuriat. Je dirais que toute notre équipe est curieuse de l’aventure d’entrepreneur. Comme on dit souvent, le chemin parcouru est parfois aussi beau que la destination visée. »

Quelles formations avez-vous suivies?

«Dans notre équipe, pour nous 4, on a 7 maîtrises cumulées et un doctorant (ing. TI, ing. aérospatial, approvisionnement et chaîne de valeur, projet international) ! C’est fou quand on y pense ! Aucun de nous n’a fait des études dédiée en « Entrepreneuriat » et n’est donc prédisposé à se comporter en entrepreneur. Trois d’entre nous (là où nous nous sommes rencontrés) venons de la maîtrise de gestion de projet. Ça ressemble (et ça aide) mais ce n’est pas pareil !»

Quel a été votre déclic?

« La curiosité d’apprendre…c’est notre motivation la plus profonde et notre dénominateur commun. Je ne pense pas qu’on ait besoin de prouver qu’on a le goût pour apprendre avec 7 maîtrises pour nous quatre et un doctorant…

Un autre déclic ? La neige ! C’est un problème tangible et on peut améliorer la vie (et la sécurité) des gens et éviter l’utilisation de produits polluants (dégivrants). »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« Nous sommes une entreprise qui vise améliorer l’expérience de l’hiver (en t’évitant de pelleter!) ! On s’est appelé « Perce-Neige ». En français, ce nom désigne diverses plantes de la famille des Amaryllidaceae qui poussent et fleurissent généralement en hiver. Elles ont, pour ce faire, la capacité de percer une faible couche de neige.
On est clairement en phase de démarrage. C’est notre premier “business case”, on avance lentement mais sûrement. On apprend. Le concours ‘Mon Entreprise’ nous aide à nous structurer et nous met des jalons à atteindre, c’est vraiment une aide précieuse. Parallèlement, nous utilisons des techniques de gestion de projets pour contrôler nos actions. Présentement, nous avons une bonne connaissance du marché mais notre produit original est à revoir. Cependant,  nous avons déjà d’autres idées ! Et c’est encore plus excitant ! »

Pourquoi pensez-vous pouvoir gagner?

« Quand on commence à s’intéresser au monde de l’entrepreneuriat, on se rend compte que les limites sont celles que l’on s’impose. Et on a compris qu’on pouvait les dépasser en étant créatif et méthodique. On a une belle équipe, avec un projet d’intérêt sociétal et on a du fun ! Surtout qu’on a de nouvelles idées. Même si on doit revoir pas mal tout le produit, c’est très excitant et je pense que cela montre le potentiel de notre équipe. En effet, au-delà du produit, c’est l’équipe qui dirige la barque et maintient le cap ! »

Quel est votre citation comme entrepreneurs?

« Les seules limites sont celles que l’on se donne. » (Laurent Gounelle, Les dieux voyagent toujours incognito. Ed. Anne Carrière)

« À quatre dans l’équipe, on a une vision différente du rêve à atteindre. Rêver c’est important mais il faut faire attention à ne pas imposer son rêve aux autres, il faut le partager et le rêver ensemble. »

 

 

Néo Yoga

CLOUTIER Marie-Pier (ESG) - Néo Yoga
CLOUTIER Marie-Pier (ESG) – Néo Yoga

Comment vous est venue votre idée?

«Il y a quelques années, j’ai eu un coup de cœur pour le yoga. J’ai vite constaté que je voulais partager ma passion, et d’initier d’autres personnes à cette pratique. Au même moment, j’ai constaté qu’il n’y avait pas de studios de yoga ni d’événements qui me ressemblaient dans ma région, l’Outaouais. Avec l’essor du yoga et de la méditation, j’ai tout de suite vu une opportunité de faire les choses autrement!»

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cette entrepreneure?

Pendant des années, je ne savais pas trop ce que je voulais faire dans la vie. Je savais, par contre, que j’aurais un jour ma propre entreprise. Je vivais à Gatineau, mais j’ai déménagé ici pour faire un Baccalauréat en gestion du tourisme. Je travaille depuis en administration, et pendant un certain temps je pensais à de nombreuses idées d’entreprises potentielles. Mais ces idées n’allaient jamais bien loin! Jusqu’à ce que je goûte au yoga.

Quelles formations avez-vous suivies?

«J’ai fais mon baccalauréat en administration des affaires – gestion du tourisme, puis j’ai suivi le programme court de 2e cycle en Entrepreneuriat. Pendant cette année à développer mon entreprise, je me suis rendue compte que je devais aller chercher ma certification d’enseignement du yoga. J’ai donc suivi une formation de 200h en enseignement du yoga au studio Wanderlust de Montréal.»

Quel a été votre déclic?

«Commencer les cours de YOGA.»

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

Néo Yoga se spécialise actuellement dans l’organisation d’événements de yoga sensoriels. Ainsi, j’organise des expériences yoga à travers lesquelles tous les sens des participants sont sollicités, pour leur procurer un réel bien-être physique et mental. Jusqu’à présent, 5 événements ont eu lieu en Outaouais depuis août 2017. Je prévois, sur un horizon d’un an, en organiser ailleurs au Québec, puis d’ouvrir mon propre studio ayant pignon sur rue. Un studio où on continue de voir le yoga autrement, en gardant les sens en éveil.

Pourquoi pensez-vous gagner?

«Je pense que je peux gagner parce que je suis convaincue que j’ai un projet fort et unique. Néo Yoga a déjà fait ses preuves : j’ai des clients et des revenus réels. Il y a une demande pour ce genre de services, et Néo Yoga est la première entreprise à organiser des événements de yoga réguliers en Outaouais.

De plus, j’ai un plan d’affaires assez solide puisque je l’ai bâti pendant un an via le programme en entrepreneuriat. Ce plan m’a même permis de gagner le prix Coup de Coeur du concours Ose Entreprendre 2017 lors du volet régional en Outaouais. Ce plan d’affaires a, bien sûr évolué avec le temps, mais demeure complet.»

Contacts : 

Site internet : www.neoyoga.ca

Page Facebook : Néo Yoga évènements

Instagram : @NeoYoga

 

Centre d’entrepreneuriat ESG UQAM

Contribuer au développement de l'entrepreneuriat et fournir des services de soutien au démarrage d'entreprise aux étudiants et diplômés de toutes les facultés et école de l'UQAM qui souhaitent lancer leur entreprise.

Suivez-nous

Coordonnées

Centre d’entrepreneuriat ESG UQAM
315, rue Sainte-Catherine Est
Local R-1880
Montréal, Québec, H2X 3X2