Auteur : grenier_mi

Atelier Dorcelus

DORCELUS Vanessa
DORCELUS Vanessa (ESG) – Atelier Dorcelus

Comment vous est venue votre idée?

Créative de nature, le béton est ma matière préférée. Il est malléable, brut, mais il peut tout de même être travaillé. Cette matière grise fut le déclenchement du projet Atelier Dorcelus. Le béton s’utilise beaucoup dans la construction et moi je l’utilise pour en faire des objets de décoration.

Quelle est l’histoire qui se cache derrière cette entrepreneure?

Vanessa est passionnée de créativité, DIY et de décoration pour la maison. Elle a suivi une formation en design de mode, mais avec le temps, la mode la passionne de moins en moins. Vanessa s’intéresse plutôt aux décorations de maison. Cependant, il y a de l’inspiration du design de mode et de l’inspiration d’origine haïtienne.

Quelles formations avez-vous suivies?

  • Design de mode – Collège Lasalle,
  • Certificat en dynamique entrepreneuriale –  ESG UQAM

Quel a été votre déclic?

L’entrepreneure qui se cache derrière Atelier Dorcelus a toujours eu la volonté de se lancer en affaires, d’être sa propre patronne. Lorsqu’elle a découvert les multiples possibilités du béton, elle a su que c’était l’idée qu’elle attendait et elle s’est directement engagée sur cette voie.

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

L’Atelier Dorcelus est un atelier de création et de ventes d’objets conçus à base de béton. Déjà plusieurs ateliers sont actuellement au stade exploratoire. C’est à dire en validation afin d’assurer qu’il y ai bien un intérêt envers le produit.

Fait intéressant?

Selon Vanessa, l’Atelier Dorcelus a de bonnes chances de gagner le Concours Mon Entreprise. Principalement puisqu’il s’agit d’une idée originale. De plus, Vanessa détient la motivation et la détermination de faire gagner son projet.

Contacts :

Site Internet :  atelierdorcelus.com

Facebook : https://www.facebook.com/atelierdorcelus/

Instragram :  @atelierdorcelus

Etsy : atelierdorcelus

 

Munch

VU Victor (sur la photo), TRINH Victor, CANTAVE Henry-Michel - MUNCH
VU Victor (sur la photo – ESG), TRINH Victor, CANTAVE Henry-Michel – MUNCH

Comment vous est venue votre idée?

« En tant que grands consommateurs et amateurs de nourriture et de restaurants, deux amis et moi-même Victor avons déniché deux faiblesses dans ce secteur. Les prix des services et les salaires des employés »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière ces entrepreneurs?

« J’ai toujours souhaité avoir ma propre entreprise car je n’apprécie pas le fait d’être employé. »

Quelles formations avez-vous suivies?

Dec – Gestion hôtellière, La Salle

Baccalauréat en finance, ESG UQAM

Quel a été votre déclic?

« Il y a eu divers déclics, d’une part l’air des technologies dans laquelle nous vivons et les nouvelles tendances. D’autre part le fait de créer un service qui n’existe pas et qui pourrait générer beaucoup de profits. »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« Munch est une plateforme qui permet de connecter des cuisiniers certifiés à domicile à des Foodies (personnes qui mangent plusieurs fois par semaine au restaurant).

Cela va permettre aux cuisiniers de créer leur restaurant sans pour autant posséder ou louer un local.

En automne, nous allons lancer la phase Bêta de l’application et la faire tester à un échantillonnage de clients et de cuisiniers. Par la suite, nous comptons faire notre mise en marché fin 2018-début 2019. »

Pourquoi pensez-vous pouvoir gagner?

« Nous ciblons un besoin, un problématique omniprésente dans le quotidien. Nous rentrons dans la tendance actuelle, alignons un marché intéressant, créons de l’emploi et allons proposer des prix compétitifs. »

 

 

BluePearl Distillery

PERLSTEIN Jonathan, BLUTEAU Francis, FORTIN Karl - BluePearl Distillery
PERLSTEIN Jonathan, BLUTEAU Francis (ESG) , FORTIN Karl – BluePearl Distillery

Comment vous est venue votre idée?

L’idée germait dans la tête de Jonathan et Karl durant leur session de distillation. Cependant, le démarrage de l’entreprise leur semblait difficile suite au manque de temps et de ressources en matière de gestion. Après avoir découvert des produits formidables, Francis se met à insister auprès de ses amis pour qu’ils entament les démarches de démarrage d’une entreprise. Rapidement, Karl et Jonathan intègrent Francis à l’équipe. Il n’en fallut pas plus pour que ce dernier rédige un plan d’affaires et récolte 100 000$ pour financer le projet.

Quelle est l’histoire qui se cache derrière ces entrepreneurs?

Jonathan s’est mis à distiller à cause de sa tradition familiale, le savoir s’est partagé de génération en génération. Avec le temps, Karl, son ami d’enfance s’est joint à lui. À l’époque il brassait la bière de la faculté de Génie de l’université de Sherbrooke. Évidemment, ces deux sciences, soit le monde de la bière et des spiritueux possèdent plusieurs similitudes, ce qui faisait d’eux des partenaires naturels. C’est en 2016, durant la signature d’un appartement à Villeray que Francis rencontra l’équipe et goûta pour la première fois leur spiritueux. Avec un passé festif au niveau universitaire, il devint rapidement un amateur des produits de Jonathan et Karl pour finalement se joindre à l’équipe.

Quelles formations avez-vous suivies?

L’expertise acquise n’est rien d’autre que l’accumulation de longues heures à patienter devant un alambic en processus de distillation. Une formation a été ajoutée de l’Institut Brassicole du Québec pour permettre l’obtention des licences.

Quel a été votre déclic?

Jonathan et Karl ne le nient pas, l’arrivée de Francis avec sa détermination fut le premier pas dans le démarrage de l’entreprise. Ce dernier s’est emparé du côté gestion à la vitesse grand V à la grande joie des deux autres cofondateurs. Depuis ce jour, les étapes se sont succédées à une vitesse fulgurante.

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

Le mandat de la microdistillerie est de représenter les saveurs du Québec, au Québec, ainsi qu’à l’extérieur avec des spiritueux uniques. La rédaction du plan d’affaires de l’entreprise a déjà été accomplie. Grâce à celà, BluePearl Distillery a obtenu 100 000$ pour financer le projet avec des votes de confiance avec la Bourse Créavenir, la BDC, Futurpreneur et de PME MTL.

Il s’agit évidemment du début de l’aventure, l’entreprise est installée dans son local industriel dans le quartier Hochelaga avec ses équipements. BluePearl est en train de développer son produit final qui sera soumis à la SAQ, le tout devrait être en vente en mai/juin sur les tablettes. Il est important de mentionner que de démarrer une entreprise manufacturière avec moins de 500 000$ est un réel défi, cependant, l’entreprise compte bien relever ce défi de taille.

Fait intéressant?

Notre Maître-Distillateur, possède une collection de 150 parfums. Ce qui est plutôt anormal pour le commun des mortels. Mais probablement normal pour un maître-distillateur qui possède un sens de l’odorat très développé.

Contacts :

Page Facebook : https://www.facebook.com/bluepearldistillery/ 

Instagram : @bluepearldistillery

Site Internet : http://bluepearldistillerie.com

 

 

 

Pourquoi utiliser la vidéo pour vendre ses produits ou services?

Par Julien Lorthios, le 19 février 2018

Dans un environnement toujours plus compétitif il devient de plus en plus difficile de se démarquer. Mais alors comment faire pour que ma clientèle cible me remarque plutôt que mon concurrent ?

Avant de parler de diffusion je vais donc aujourd’hui commencer à te parler de contenu. Quel est le type de contenu à privilégier et pourquoi ?

La création de vidéos pour la stratégie de contenu

L’utilisation de vidéos semble être la solution vers laquelle la plupart des marketers prévoient de se tourner en 2018. Selon Hubspot, pour 2018, 48% des marketers prévoient ajouter YouTube à leur stratégie de contenu. Et 46% d’entre eux prévoient d’ajouter des vidéos Facebook à leur stratégie de contenu.

Consommation de vidéos

Dernièrement, on remarque une montée de la consommation des vidéos, notamment lors de la recherche d’un produit ou d’un service. En effet, presque 50% des utilisateurs d’internet regardent des vidéos qui ont rapport au produit ou au service avant d’aller en magasin (Google, 2016). De plus, 43% des personnes veulent voir plus de contenu vidéo provenant des marketers (HubSpot, 2016). Enfin, selon Animoto, il y a 4X plus de consommateurs qui préfèrent regarder une vidéo à propos d’un produit plutôt que de lire à propos de ce dernier. (2015)

Les bénéfices des vidéos : augmenter le ROI

Toujours pas convaincu par l’utilisation des vidéos dans ta stratégie ? Et si je te disais que les marketers qui utilisent la vidéo augmentent leur retour sur investissement (ROI) !

Voici d’autres statistiques qui vont te convaincre définitivement : Selon Aberdeen, les marketers qui utilisent les vidéos ont une croissance de leur revenu 49% plus rapide que les non-utilisateurs de vidéos. (2015)

De plus, 51,9% des professionnels du marketing dans le monde ont désigné la vidéo comme étant le contenu avec le meilleur ROI. (Adobe, 2015)

Quel type de vidéos privilégier ?

Maintenant tu dois te dire «ok j’ai compris, il faut que je fasse des vidéos pour pouvoir vendre. Mais quel type de vidéos dois-je faire ?» Ne t’inquiète pas, j’ai des éléments de réponse pour t’aider ici.

La vidéo c’est bien oui, mais encore faut-il créer une vidéo qui sera visionnée. Et pour ce faire il n’y a pas que la diffusion qui importe, mais également la production. L’attention des consommateurs en ligne est l’élément-clé. Et le problème avec cette attention c’est qu’elle ne dure que très peu de temps. Il faut donc être accrocheur et bref.  Selon Animoto, presque deux-tiers des consommateurs préfèrent une vidéo de moins de 60 secondes. (2015)

Pour résumer, la vidéo est la stratégie de création de contenu qui a le vent en poupe. Si c’est bien mis en oeuvre, adopter cette stratégie pour ton entreprise pourrait bien t’apporter davantage de clients et augmentera leur confiance envers ta marque.

 

Sources : Hubspot

 

Centre d’entrepreneuriat ESG UQAM

Contribuer au développement de l'entrepreneuriat et fournir des services de soutien au démarrage d'entreprise aux étudiants et diplômés de toutes les facultés et école de l'UQAM qui souhaitent lancer leur entreprise.

Suivez-nous

Coordonnées

Centre d’entrepreneuriat ESG UQAM
315, rue Sainte-Catherine Est
Local R-1880
Montréal, Québec, H2X 3X2