Perce Neige

SANCHEZ Luis Hernando, GONZALES Carlos, LAFOND Romain et CHAVEZ GOMEZ Pablo de Jesus - Perce Neige
SANCHEZ Luis Hernando (ESG) , GONZALES Carlos (ESG), LAFOND Romain (ESG) et CHAVEZ GOMEZ Pablo de Jesus – Perce Neige

Comment vous est venue votre idée?

« Au lendemain d’une tempête, pendant que je buvais mon café, je voyais les gens nettoyer leur escalier avant d’aller au travail. Quelques jours plus tard, même constat, et j’entendais les gens jurer (« ost.. de neige de t… »). Je trouvais ça curieux d’autant qu’il existe un paradoxe chez le québécois, il dit aimer déneiger….

L’idée d’origine est partie du constat que personne n’aime déneiger car il s’agit d’un travail physique, pénible et récurrent et que ce temps passé à déneiger pourrait être employé à d’autres choses (loisirs, famille, dormir etc.). Pour autant et pour beaucoup, déneiger demeure une tâche nécessaire et indispensable principalement pour des raisons de sécurité (pour soi, sa famille, ses voisins, ses clients, etc…).

La neige étant si liée à l’histoire du Québec, on se posait la question suivante : pourquoi n’existe-t-il pas en 2018 des outils ou des appareils abordables pour améliorer la vie des particuliers en évitant de déneiger les endroits de passage?

L’idée de la marche nous est apparue comme une opportunité d’affaire car nombreux sont les foyers Montréalais possédant des escaliers et devant déneiger à chaque tombée de neige (en plus de l’auto) : À quoi bon pelleter la neige 10 ou 15 fois ou répandre des kilos de déglaçant pendant tout l’hiver à -20°C degrés alors qu’une solution moins laborieuse et plus écologique pourrait être mise en place ? »

Quelle est l’histoire qui se cache derrière ces entrepreneurs?

« Dans notre équipe, nous venons tous d’un pays dans lequel la neige n’est pas aussi intense. Être confronté à autant de neige nous interpelle et je pense que nous n’avons pas hérité de cette habitude de pelleter et de déneiger.

En cours de faisabilité à la maîtrise de gestion de projet, nous devions trouver une idée de projet et nous avons décidé de nous lancer sur cette problématique. Ça nous a donné le goût de réfléchir et ouvert la porte vers le monde de l’entrepreneuriat. Je dirais que toute notre équipe est curieuse de l’aventure d’entrepreneur. Comme on dit souvent, le chemin parcouru est parfois aussi beau que la destination visée. »

Quelles formations avez-vous suivies?

«Dans notre équipe, pour nous 4, on a 7 maîtrises cumulées et un doctorant (ing. TI, ing. aérospatial, approvisionnement et chaîne de valeur, projet international) ! C’est fou quand on y pense ! Aucun de nous n’a fait des études dédiée en « Entrepreneuriat » et n’est donc prédisposé à se comporter en entrepreneur. Trois d’entre nous (là où nous nous sommes rencontrés) venons de la maîtrise de gestion de projet. Ça ressemble (et ça aide) mais ce n’est pas pareil !»

Quel a été votre déclic?

« La curiosité d’apprendre…c’est notre motivation la plus profonde et notre dénominateur commun. Je ne pense pas qu’on ait besoin de prouver qu’on a le goût pour apprendre avec 7 maîtrises pour nous quatre et un doctorant…

Un autre déclic ? La neige ! C’est un problème tangible et on peut améliorer la vie (et la sécurité) des gens et éviter l’utilisation de produits polluants (dégivrants). »

Quelle est votre entreprise? Où en êtes-vous?

« Nous sommes une entreprise qui vise améliorer l’expérience de l’hiver (en t’évitant de pelleter!) ! On s’est appelé « Perce-Neige ». En français, ce nom désigne diverses plantes de la famille des Amaryllidaceae qui poussent et fleurissent généralement en hiver. Elles ont, pour ce faire, la capacité de percer une faible couche de neige.
On est clairement en phase de démarrage. C’est notre premier “business case”, on avance lentement mais sûrement. On apprend. Le concours ‘Mon Entreprise’ nous aide à nous structurer et nous met des jalons à atteindre, c’est vraiment une aide précieuse. Parallèlement, nous utilisons des techniques de gestion de projets pour contrôler nos actions. Présentement, nous avons une bonne connaissance du marché mais notre produit original est à revoir. Cependant,  nous avons déjà d’autres idées ! Et c’est encore plus excitant ! »

Pourquoi pensez-vous pouvoir gagner?

« Quand on commence à s’intéresser au monde de l’entrepreneuriat, on se rend compte que les limites sont celles que l’on s’impose. Et on a compris qu’on pouvait les dépasser en étant créatif et méthodique. On a une belle équipe, avec un projet d’intérêt sociétal et on a du fun ! Surtout qu’on a de nouvelles idées. Même si on doit revoir pas mal tout le produit, c’est très excitant et je pense que cela montre le potentiel de notre équipe. En effet, au-delà du produit, c’est l’équipe qui dirige la barque et maintient le cap ! »

Quel est votre citation comme entrepreneurs?

« Les seules limites sont celles que l’on se donne. » (Laurent Gounelle, Les dieux voyagent toujours incognito. Ed. Anne Carrière)

« À quatre dans l’équipe, on a une vision différente du rêve à atteindre. Rêver c’est important mais il faut faire attention à ne pas imposer son rêve aux autres, il faut le partager et le rêver ensemble. »

 

 

Centre d’entrepreneuriat ESG UQAM

Contribuer au développement de l'entrepreneuriat et fournir des services de soutien au démarrage d'entreprise aux étudiants et diplômés de toutes les facultés et école de l'UQAM qui souhaitent lancer leur entreprise.

Suivez-nous

Coordonnées

Centre d’entrepreneuriat ESG UQAM
315, rue Sainte-Catherine Est
Local R-1880
Montréal, Québec, H2X 3X2